Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 12:02

Nous venons de découvrir cette vidéo sur le net autour du cas de notre enfant. Lors de l'Assemblée plénière de la SFAP en 2011, le Docteur Régis Aubry et Monsieur le Député Jean Léonetti ont longuement évoqué le cas de notre enfant Hervé Pierra et les mesures prises par le Conseil National de l'Ordre des Médecins et le Conseil d'Etat.

La formulation de ces mesures entretiennent un flou préjudiciable aux patients et laissent tous pouvoirs décisionnels aux médecins. Actuellement, la "Sédation Terminale", aboutit à une "Loterie" en fonction de l'infrastructure dans laquelle cela se pratique, du médecin et de la résistance du patient.

Nous espérons que le rapport de la "Mission Sicard" aboutisse, dans les cas semblables à celui de notre enfant à une aide active à mourir pour un décès dans l'apaisement de tous.

En cliquant sur le lien ci-dessous, à partir de la 11 ième minute, vous pourrez visionner la séquence relative au cas de notre enfant.

http://www.wat.tv/video/video-leonetti-aubry-pleniere-2b3ov_2gnc3_.html

 

Repost 0
Published by parents d'Hervé Pierra
commenter cet article
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 11:36

L’élément essentiel dans la loi Léonetti est l’intention. L’intention n’est pas de donner la mort mais de soulager les souffrances au risque de hâter la survenue de la mort.

Pour ce qui concerne les patients en Etat Végétatif Chronique (EVC) comme notre enfant, cette hypocrite et floue intention s’est concrétisée par un absurde paradoxe :

-          L’intention était bien euthanasique car notre fils, après 8 ans ½ de coma végétatif, aurait pu rester dans sa non vie de souffrance encore pendant des années. Il était inconscient, trachéotomisé, s’étouffait dans ses glaires, régurgitait sans cesse et développait une plaie atome gravissime (escarre au 4 ième degré). A part son squelette qui s’arque boutait de plus en plus au point de basculer d’un côté ou de l’autre de son lit en permanence, il n’était pas plus mal, ou plutôt aussi mal, le jour du retrait de la sonde gastrique qui l’alimentait et l’hydratait, que la veille, l’avant-veille ou trois ou quatre ans avant !

-          L’ironie de ce paradoxe est qu’après le retrait de la sonde gastrique, sans aucune sédation, son corps, brûlant, cyanosé, faisait des bonds dans son lit (troubles hydro-électrolytiques). Les médecins nous disent aujourd’hui que l’on ne peut exclure une souffrance.

Il nous faut survivre maintenant avec ce doute déchirant, anéantissant.

Le cas de notre fils n’est malheureusement pas exceptionnel. Les sédations forcément à visée euthanasique, que ce soit pour les états végétatifs chroniques ou les patients en phase terminales de maladies incurables génèrent des drames humains épouvantables (affaires : Patrick Koffel, mère de Nicole Dubos, Michel Salmon, François Ascher, etc …).

Repost 0
Published by parents d'Hervé Pierra
commenter cet article
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 19:43

    Nous remercions Monsieur Philippe Bataille (Sociologue et directeur d’études à l’école des hautes études en sciences sociales) pour son livre : « à la vie, à la mort. Euthanasie, le grand malentendu ». Il y dénonce le fait que les malades soient : « culpabilisés de vouloir hâter leur propre mort ». Le patient est « disqualifié, car, si on le considère comme vulnérable, on peut le déposséder de son libre arbitre au nom de la solidarité collective ».

   Les directives anticipées sont parfois bafouées et conduisent « à des situations qui ressortissent véritablement de la cruauté pour ceux qui la vivent ».

   Nous retranscrivons deux situations illustrant ces propos que nous avons lus, la gorge nouée, les yeux embués. Ce sont des extraits de propos recueillis par Mme Cécile Prieur auprès de M. Bataille dans le journal « le Monde »  du 19 septembre 2012 :

-          Le cas de M. Michel Salmon :

« Quand Michel Salmon, un patient atteint d’un locked-in syndrome après un AVC, demande à mourir, il ne se passe rien. Car la demande d’en finir, la demande d’un arrêt de vie, qui nécessiterait un geste actif, est systématiquement bloquée par le palliativisme. Les médecins ont opposés à M. Salmon l’impossibilité de ce geste actif et l’on renvoyé à l’application de la loi Léonetti sur la fin de vie, qui a théorisé le fameux « laisser-mourir ». M. Salmon a dû subir l’arrêt de l’hydratation et de l’alimentation accompagné d’une sédation. Cela a duré vingt jours avant que son cœur lâche enfin ».

-          Le cas de M. François Ascher, sociologue :

«  Avant d’être en phase terminale de sa maladie, il a fait appel à des médecins, s’est renseigné sur les possibilités de la loi et a consigné clairement ce qu’il voulait dans des directives anticipées : il souhaitait mourir à domicile, qu’on l’endorme et ne plus jamais se réveiller, ce qu’on appelle une sédation terminale. Eh bien ces directives ont été bafouées et ridiculisées par le médecin de service, qui ne voulait pas s’y soumettre. Et la sédation ne lui a pas été accordée (il a été régulièrement réveillé), au prétexte qu’il « voulait se donner la mort ».

 

Notre fils est mort le 12 novembre 2006 en six jours cauchemardesques, après l’application de la loi Léonetti, sans sédation.

A méditer…….

Repost 0
Published by parents d'Hervé Pierra
commenter cet article
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 18:32

 

     De passage à Nantes le 24 novembre, la mission « Sicard » a rencontré un vif succès et un grand intérêt. Nous y avons témoigné comme beaucoup d’autres participants. Nous fondons l’espoir que cette mission de réflexion sur la fin de vie aboutisse à la mise en œuvre de la proposition 21 de M. François Hollande.

Nous espérons, par ailleurs, que l’ultime liberté ne sera pas réservée aux personnes qui pourront encore s’exprimer pour la  revendiquer. Nous espérons que les patients, comme notre enfant, mort au bout de 8 ans1/2 de coma végétatif avec des lésions cérébrales gravissimes et irréversibles, inconscient, trachéotomisé, que toutes ces victimes collatérales des progrès de la réanimation ne seront plus condamnées à la double peine : celle de ne plus pouvoir vivre et celle de ne pas avoir le droit de mourir.

Ci-dessous l’article de « Ouest-France » du 25 novembre 2012

 

numérisation0001

Repost 0
Published by parents d'Hervé Pierra
commenter cet article
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 19:59

Les derniers sondages publiés dans le Pèlerin Magazine (lien ci-dessous), attestent que 59 % des catholiques pratiquants sont favorables à la légalisation de l’euthanasie. Ces résultats prouvent pour le moins, que l’église, malgré toutes ses récentes contorsions, n’a guère d’influence sur des fidèles de plus en plus informés par le biais d’internet et de toutes les technologies modernes. Les sources d’informations sont diverses et multiples. Les opinions contradictoires, ouvrent les champs de la réflexion et de la conscience vraie, reléguant l’obscurantisme aux siècles passés qu’il n’aurait jamais dû quitter.

Nous nous sentons moins seuls, nous avons si souvent pensé rendre nos baptêmes, ne cautionnant pas l’attitude de l’église dans bien des domaines, consternés, affectés par tant de psycho rigidité devant l’indifférence à la souffrance. Monsieur Tugdual Derville, auteur du livre « la bataille de l’euthanasie » (lire notre droit de réponse sur le blog) qui nous implique dans l’un de ses chapitres, doit-être bien perturbé par de tels résultats de sondage. Ce monsieur est délégué général « d’alliance vita » association fondée en 1993 par Madame Christine Boutin. Il a été le plus fidèle lecteur de notre blog dont la pseudo enquête n’émane que d’informations qui y ont été glanées et travesties à souhait. Personne, ni nous, ni aucun des protagonistes de notre drame n’a été contacté par ses soins. Ce détenteur de la vérité, autoproclamé, protecteur des plus vulnérables, se réclamant de valeurs morales et de vertus devrait être fragilisé. 

Je me remets doucement de son ignominie ; ma pauvre maman avait raison quand elle disait : « le diable avance masqué ! ».

Notre fils Hervé, innocent , condamné pendant 8 ans ½, condamné à ne plus pouvoir vivre, condamné à ne pas avoir le droit de mourir, condamné à souffrir s’est envolé le 12 novembre 2006. Il est dans la paix, loin de toutes les turpitudes qui agitent notre monde.

 

http://www.pelerin.info/L-actu-autrement/L-actu/Sondage-exclusif-59-des-catholiques-favorables-a-l-euthanasie

Repost 0
Published by parents d'Hervé Pierra
commenter cet article
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 13:47

Monsieur,

Vous paraissez être en accord avec les propos de M. Tugdual Derville. Je vous respecte, Monsieur, et peux comprendre votre courroux. Je dois souligner, en préambule, que je n’ai nullement la volonté de froisser la communauté catholique à laquelle j’appartiens.

Vous auriez apprécié plus de pondération de ma part mais, sachez, que M. Derville ne nous a jamais contactés pour son « enquête », ni nous, ni aucun des protagonistes cités et qu’il s’adonne à des outrances déplacées, voire cruelles.

Je ne peux pas imaginer qu’une personne de sa qualité n’ai pas à dessein finement choisi son vocable. Les termes « d’acharnement thérapeutique » et « d’obstination déraisonnable » n’ont pas lieu d’être employés pour des gestes de « premier secours » comme les nomme mon mari. Je lis dans le dictionnaire la définition de l’adjectif « spectaculaire » qui qualifie l’agonie de mon fils : « qui frappe l’imagination, qui fait sensation », c’est tout ! Ne feignez pas de ne pas comprendre s’il vous plait, diriez-vous, écririez-vous par exemple d’un drame humain, qu’il est spectaculaire plutôt que dramatique, atroce ou tragique ? L’emploi du verbe séduire pour traduire l’incommensurable épreuve de prendre la plus lourde décision qu’il soit pour des parents est indécent, c’est une démarche d’amour et d’abnégation. Je ne parviens pas à imaginer que vous ne puissiez distinguer cette nuance volontairement blessante. Monsieur, M. Derville considère froidement que l’on a « supprimé » notre enfant, cela ne vous choque-t-il pas ? Et vous vous étonnez de ma cinglante réponse ! Que penser aussi du « coma végétatif pratiquement irréversible », pour appuyer sa démonstration, l’auteur n’hésite pas à faire mal et je vous renvoie, Monsieur, si vous le permettez, aux écrits du Professeur Puybasset qui distingue les Etats Végétatifs Chroniques consécutifs aux traumatismes crâniens, à ceux consécutifs à des anoxies du cerveau dont on ne sort pas, c’était le cas de notre fils (livre du Prof. Puybasset : « euthanasie, le débat tronqué »). A deux reprises à l’hôpital Percy où il avait été transporté, on nous avait dit de prendre nos dispositions pour les obsèques de notre enfant. Je ne souhaite à personne, à personne Monsieur, de connaître un tel sort et j’espère que M. Derville ne connaitra jamais non plus tout ce déferlement indicible, indescriptible de douleurs. J’ai passé beaucoup de choses sous silence dans ma réponse à l’auteur du livre pour ne pas être considérée comme une « pleurnicheuse », je pourrais écrire un livre. Quant à mon fils, c’était un cadeau de la vie, mon bonheur, mon amour, ma fierté. Mes filles aussi, sont des amours, elles ont assez souffert de ce tragique destin.

Vous avez raison sur un point. En médiatisant notre drame, nous nous sommes exposés. Au moins un point d’accord entre nous ! Mais ce n’était pas en tentant, de façon sordide, de nous engouffrer dans la brèche du drame de Mme Chantal Sebire en 2008. Mon mari, détruit, a poussé son « cri de douleur » au journal télévisé de M. Pujadas le 27 novembre 2006 sur FR2 à 20 heures, nous n’imaginions pas une telle horreur, de nos jours, dans nos hôpitaux.

Vous dites que mon droit de réponse ne vient pas rétablir des « faits » ou une « vérité ». Je n’ai aucune prétention et le seul qui ait mentionné ce mot de « vérité » est M. Derville quant il écrit : « la vérité rend libre », comme s’il s’appropriait cette maxime. Avant de se demander si la vérité rend libre, il faudrait savoir si la vérité (universelle, intemporelle etc… existe, si elle n’est pas qu’une vue de l’esprit), s’il n’existe pas (plus justement) des « vérités ». Je suis beaucoup plus humble que M. Derville, je ne détiens pas « la vérité » et je pense par ailleurs que la liberté absolue n’existe pas, ne serait-ce qu’à cause de considérations existentielles.

M. Derville et vous-même déclarez ne pas partager une interprétation de la loi. Je ne suis pas d’accord avec vous, ce sont les termes même de la loi que vous contestez.

Mon mari et moi-même sommes en capacité de dialoguer, débattre et d’écouter. Nous avons eu beaucoup d’échanges enrichissants au cours de certaines journées nationales sur la fin de vie, sans passion, sans camper sur des idéologies respectives. Nos contradicteurs comprenaient notre drame et pensaient qu’une réponse devait-y être apportée, tout en étant contre l’euthanasie. Voici, à ce sujet, l’édifiante réponse du Professeur Puybasset dans son livre « euthanasie le débat tronqué » : Je cite : « … à ces égards, l’état végétatif est le cas le plus extrême des situations inextricables créées par la médecine. L’épouvantable revers de la réanimation moderne, qui n’est jamais un état naturel. Ce n’est pas par hasard si plusieurs affaires médiatiques qui nourrissent la demande d’une aide active à mourir, concernent des personnes végétatives, comme Hervé Pierra en France ou Terri Shiavo aux Etats Unis ».

Pourquoi, pourquoi, cette « bataille », j’ai même lu dans une tribune de M. Derville ces mots :   Je cite : « des salves guerrières » ? Pourquoi ne pas construire au lieu de détruire, invectiver ou injurier. En quoi cela fait-il avancer le débat ?

M. Tugdual Derville ignore qu’indirectement en provoquant mon droit de réponse, une petite brique dans notre reconstruction nous a été offerte, par une inattendue réponse, une improbable invitation au dialogue qui nous réchauffe le cœur, comme une petite flamme.

Repost 0
Published by parents d'Hervé Pierra
commenter cet article
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 15:05

Réponse à l’article de : Catholique Aujourd’hui (lien ci-dessous)

  http://www.catholique-aujourdhui.fr/2012/07/20/lindignite-de-ladmd/
 

Je suis une adhérente à l'ADMD, unie aux 49000 adhérents derrière le présumé coupable d'intention d'assassinat, M. Jean-Luc Roméro. C'est sûr ! Vous, vous ne faites pas de jeux de mots ! Votre sentence, aussi expéditive que pondérée en est une parfaite illustration qui suffit à elle seule à évaluer votre degré de crédibilité: "… une de trop dit Jean-Luc Roméro qui voudrait une loi maintenant. Car lui veut que l'assassinat soit légalisé au plus vite."

Vous utilisez le conditionnel, Monsieur, mais moi, je conjugue ma souffrance au présent. Vous voulez et avez voulu la torture du corps de mon enfant pendant plus de 8 ans, en état végétatif chronique irréversible. Pas de pitié pour mon petit amour, non ! Il ne faut pas tuer, il faut faire souffrir coute que coute, les plus faibles d'entre les faibles, ceux qui ne nous ont laissé, comme mon enfant (paralysé à 100%, inconscient, s'étouffant quotidiennement dans ses propres glaires) que leurs corps. Impossible de vivre, pas le droit de mourir, juste le droit de souffrir !!!

L'indignité, dites-vous !

Repost 0
Published by parents d'Hervé Pierra
commenter cet article
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 11:53

Quelle surprise de vous lire !

Le ton de notre blog vous parait excessif et décousu, certes, mais je ne comprends pas ces adjectifs  pour qualifier un ton, qu’est ce qu’un ton excessif ?, qu’est ce qu’un ton décousu ?

Si ces qualificatifs s’adressent par contre à nos propos, vous avez peut-être raison Ils sont à l’image de ce que nous ressentons : désespoir,  colère, sentiment d’injustice, derniers soubresauts de parents anéantis qui viennent d’apprendre que leur fils aurait peut être  souffert.

Le ton de monsieur Derville est, dites vous, posé et respectueux, c’est précisément cette tonalité pondérée et emprunte de cynisme qui atteste du nécessaire détachement émotionnel au matraquage systématique de tous les protagonistes. Le grand spécialiste de serial killers, monsieur Stéphane Bourgoin a très bien analysé ce phénomène dans ses ouvrages. Par contre, à l’inverse, nous devons apparaitre agités, forcément, voir son enfant s’étouffer  dans ses propres glaires, pendant huit ans et demi de coma végétatif, assister impuissants à sa cauchemardesque agonie, son « laisser crever », comme l’a déclaré monsieur le député Jean Leonetti, instigateur de la loi qui porte son nom, cela énerve ! Auriez-vous eu un ton apaisé si votre enfant était mort en six jours et six nuits sans aucune sédation, de nos jours, dans nos hôpitaux ? Vous auriez sans doute pardonné, et advienne ce que pourra pour les autres! Faut-il n’avoir vraiment rien à opposer, rien à dire, rien à écrire, pour s’attacher à un aspect aussi mineur de la forme d’un texte (le ton), au lieu de débattre du fond. Quel crédit vous accorder, Madame, vous qui jetez, par extension l’anathème sur l’entièreté de nos textes et, pêle-mêle, sur tous les commentateurs de notre blog ?

Je suis croyante, convaincue d’une vie après la vie, mais vous avez vu juste je n’ai connaissance d’aucune religion ou dieu n’est qu’amour. Je considère que les religions et les sectes sont faites par les hommes, pour les hommes. Elles ont surtout servi à nous entredéchirer, à nous asservir. Ma foi en Dieu, je l’éprouve dans ma chair, dans mon âme. Elle me donne la force de vivre. Je suis par nature réfractaire à tout dogme, mot, dont la seule définition me fait frémir. Croyance, opinion, ou principe donnés comme intangibles et imposés comme vérité indiscutable. Je vous remercie d’avoir compris que je me démarquais de ce « prêt à penser », « prêt à croire », « prêt à avilir ». S'approcher de Dieu est à mon sens faire un travail d’introspection et de méditation. Par ailleurs, je ne sais pas si Dieu est catholique, juif, musulman, bouddhiste, ou autre… Votre sous-entendu, induirait-il que les gnostiques et les athées ne seraient pas dignes de respect ou d’intérêt ?

Inconditionnelle de la démocratie et de la laïcité, le seul souhait exprimé et réitéré, comme un leitmotiv dans notre blog est celui d’un référendum, d’une consultation des français qui voteraient, en conscience, et en connaissance éclairée. Vous avez encore raison, débattre n’est pas mon objectif majeur, mes vœux dépassent largement le cadre de ma petite personne.

Quelle opinion du législateur  faut-t il avoir pour imaginer qu’il truciderait les personnes âgées, nos chers parents, et nous très bientôt. Cette suspicion, cette disposition d’esprit condamne à l’immobilisme dans tous les domaines.

La vie est précieuse, certes, mais encore faudrait-il s’entendre, en préambule, sur une définition de la vie qui ferait consensus. La vie n’est-elle que biologique ? Il y aurait tant à dire ! Je vous soumets l’édifiante citation du professeur Puybasset spécialiste des EVC à ces égards, l’état végétatif est le cas le plus extrême des situations inextricables créées par la médecine. L’épouvantable revers de la réanimation moderne, qui n’est jamais un état naturel. Ce n’est pas par hasard, si plusieurs affaires médiatiques qui nourrissent la demande d’une aide active à mourir, concernent des personnes végétatives, comme Hervé Pierra en France ou Terri Shiavo aux Etats-Unis.

Nous sommes discrédités, pensez-vous, je respecte votre point de vue, mais sachez, qu’un grand crédit a été accordé à notre combat, dans les milieux médicaux. Suite à notre drame, un ajout a été apporté à l’article 37 du code de déontologie médical, figurant désormais dans le code de santé publique. Il stipule que lorsque la souffrance du patient ne peut être évaluée, du fait de son état cérébral, le médecin a recours aux traitements antalgiques et sédatifs permettant d’assurer la dignité de la fin de vie du patient. Je me dis que cela vaut bien de supporter les flèches acerbes de monsieur Derville ou de ses groupies.

Je ne sais pas si tous les philosophes étaient catholiques, je ne sais pas si Platon l’était, mais, comme Socrate, il approuvait certaines formes d’euthanasie dans des cas particuliers (source compil histoire).

Par le passé, l’euthanasie a été admise dans de nombreuses sociétés. Dans la Grèce et la Rome antique il était permis dans certaines circonstances d’aider un individu à mourir. Le philosophe anglais Francis Bacon qui créa le terme euthanasie n’hésitait pas à se faire le champion de l’adoucissement agonique, il souhaitait que l’on procure au malade, lorsqu’il n y a plus d’espérances, une mort douce et paisible. Le philosophe Michel Onfray est parrain de l’ADMD. 

Les religions, protestante et bouddhiste, estiment comme toutes les autres que la vie est précieuse et que l’ humain doit être au centre de toutes les préoccupations, c’est à ce titre qu’ils sont contre l’acharnement thérapeutique et pour abréger des souffrances inutiles, en phase terminale de maladies incurables, à la seule demande réitérée du malade concerné.

Se référer à des époques aussi lointaines pour affirmer ou infirmer quoi que ce soit ou pour légitimer une quelconque posture sur des sujets sociétaux actuels relève de l imposture intellectuelle, d’un coupable anachronisme.

Visiblement, Madame, contrairement aux précédents commentateurs et à moi-même, vous devez quant à vous, avoir connaissance d’une religion ou dieu n’est qu’amour, et en être imprégnée. Cela transparait dans le ton compassionnel de votre message, dans vos déductions humbles et empathiques sur la perception de Dieu que moi-même et les autres commentateurs, nous pouvons avoir, ainsi que dans la charitable confiance que vous accordez à vos prochains.

Repost 0
Published by parents d'Hervé Pierra
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 23:45

  Débat entre M. Tugdual Derville, délégué général « Alliance Vita », auteur de « La bataille de l’euthanasie » aux éditions Salvator et M. Gaëtan Gorce, sénateur PS de la Nièvre, ancien président de la Commission spéciale de l'Assemblée Nationale sur la loi Leonetti.

  En cliquant sur le lien ci-dessous, à la douzième minute du débat, vous pourrez écouter ce que dit et pense M. le sénateur Gaëtan Gorce au sujet de ce qu'a écrit M. Tugdual Derville sur le cas et drame de notre fils Hervé Pierra.

http://telechargement.rfi.fr.edgesuite.net/rfi/francais/audio/magazines/r146/debat_du_jour_20120307_1810.mp3

 

Repost 0
Published by parents d'Hervé Pierra
commenter cet article
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 09:27

 

Je suis Madame Pierra, la mère d’Hervé. Notre drame a, je cite : « défrayé la chronique » et a fait l’objet de votre part, je cite : « d’une remarquable enquête d’investigation ». Vous êtes, Monsieur Tugdual Derville, délégué général d’Alliance Vita qui fut fondé en 1993 par Madame Christine Boutin. Vous vous assignez comme mission la protection des plus vulnérables et la sensibilisation du public et des décideurs à la protection de la vie humaine. Vous donnez entre autres activités, des conférences à la fondation Guilé, dont la vocation est de sensibiliser les acteurs économiques aux grands dangers de notre temps comme la laïcité. Cette fondation, inspirée de l’Opus dei, dont votre frère est un haut dignitaire à Rome, a témoigné devant l’OSCE (organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) contre « la laïcité à la française ». Vous êtes diplômé de sciences po et de l’Essec, aussi, est-ce avec modestie qu’une humble mère au foyer comme moi va tenter de procéder à l’analyse de votre « pseudo analyse ».

 

Concernant le cas de mon enfant

Je dois préciser en préambule, que vous ne nous avez jamais contactés et que nous savons, par ailleurs, après vérification, qu’aucun des protagonistes de notre affaire n’a été consulté pour la rédaction des quelques pages qui nous sont dédiées. C’est bien dommage, Monsieur Derville, vous qui déplorez que : « dès lors que l’on conteste la version médiatiquement correcte, on a plus droit à la parole. », vous n’ayez pas saisi l’occasion de l’écriture de ce livre pour vous informer de la version objectivement correcte. Le médiateur de la République de l’époque, Monsieur Delevoye, pour sa part, s’était employé pendant des semaines à essayer de briser le silence des médecins en charge d’Hervé, sans succès.

Notre fils Hervé est décédé le 12 novembre 2006 après 8 ans ½ de coma végétatif chronique irréversible à la suite d’une tentative de suicide par pendaison. Il était complètement paralysé, figé dans une totale rigidité (jamais déplacé), inconscient, trachéotomisé et nourri par sonde gastrique. Il s’étouffait quotidiennement, dans ses propres glaires, provoquant d’incessantes régurgitations car, déglutissant à minima, il faisait des fausses routes en permanence. Il était souvent placé en « isolement » car son organisme produisait des bactéries multi résistantes. Les différentes IRM pratiquées dans deux structures différentes attestaient de lésions cérébrales gravissimes et irréversibles, post-anoxiques.

Vous livrez, sans état d’âme, votre appréciation toute personnelle de l’état de santé de mon enfant, ainsi, je cite : « voilà Hervé dans un coma végétatif pratiquement irréversible ». Ces propos ne sont pas pratiquement mais carrément abjectes, visant à laisser planer un doute sur le caractère irréversible de son coma. Notre famille l’aurait donc, je cite : « supprimé », selon votre terminologie. Nous avons adressé au corps médical notre requête d’application de la loi « Léonetti » et non pas notre demande, je cite : « d’arrêt d’alimentation ». La loi serait-elle complice d’homicide dans ce tragique dénouement ?

Nous aurions été, je cite : « séduit » par, je cite : « l’interprétation de la loi à l’occasion de la mort de Vincent Humbert ». Comment peut-on « vomir » des mots d’une telle obscénité en évoquant une éventuelle séduction ? Comment osez-vous avec cynisme mentionner une quelconque séduction, alors qu'il s'agissait bien de la seule perspective légale de libérer notre fils, qui se profilait. C'est la plus grande preuve d'Amour abnégation que nous pouvions donner à notre enfant. Les mots : "interprétation de la loi" restent une énigme pour moi, car il s'agit de la loi Léonetti. C'est précisément Monsieur le député Jean Léonetti, en personne, qui est intervenu dans notre affaire. Quelle interprétation ?

Vous vous dites contre l’acharnement thérapeutique mais je constate hélas que c’est une notion subjective et abstraite donc, interprétable à souhait. A quel stade auriez-vous considéré que l’on pratiquait une obstination déraisonnable à l’encontre de mon enfant ? Dès le départ, à l’hôpital, les médecins nous avaient dit que son cerveau était « ratatiné ». Ils ont néanmoins été le chercher à la frontière de la mort, quelques mois après, nous conseillant de prendre parallèlement et au plus vite, toutes nos dispositions pour son décès. Huit ans et demi de calvaire plus tard, son organisme étouffait littéralement, son squelette s’arcboutait au point de nécessiter pour plus de stabilité d’être placé dans une coque… échec… une autre coque… sans succès. Une plaie atone (escarre) très grave et profonde blessait sa jambe. Je pense que son avenir aurait été à plus ou moins long terme l’amputation de la jambe. Au bout de combien de membres amputés considérez-vous Monsieur Derville qu’il s’agisse d’acharnement ou d’obstination déraisonnable ?

Par ailleurs, vous suspectez avec ironie un probable, je cite : « acharnement thérapeutique ? » dont auraient fait preuve mon mari et ses collègues pompiers lors de la réanimation de notre enfant. Votre agilité déconcertante dans l’art d'instiller le venin avec fluidité et constance m’incite à penser que cette pratique vous est familière. Mais vous avez raison ! Cela peut relever de l’acharnement thérapeutique légitime, comme l’ont été les soins prodigués en réanimation. Lorsque l’on ignore l’état cérébral d’une personne, inconsciente et dans l’urgence, il est légitime de tout faire pour la ramener à la conscience,  mais après, lorsque les IRM attestent de lésions cérébrales très graves et irréversibles comme dans les anoxies du cerveau, que faire ? Il n y a pas de machines à débrancher de tuyaux à enlever. Seul le corps survit parfois à minima comme ce fût le cas pour mon enfant. Je suis très étonnée de la grave confusion que vous faites entre, acharnement thérapeutique et obstination déraisonnable (maintien artificiel de la vie). Monsieur le député Jean Léonetti nous avait expliqué cette nuance lors de la mission d’évaluation de la loi sur la fin de vie en mai 2008 à laquelle il nous avait conviés pour témoigner. Ces termes plus appropriés figurent dans la loi actuelle (mauvaise enquête, Monsieur Derville !). Tout cela pour aboutir, je cite : « à la spectaculaire agonie » de mon enfant qui a duré 6 jours et 6 nuits, "spectaculaire agonie provoquée par une décision parentale". Nous serions donc, les initiateurs de cette atroce agonie. Comment ne pas percevoir au travers de ces propos, de la haine, qui trouve peut-être son origine dans la peur. Je cite: "si nous choisissons de décrypter ces affaires, c'est parce qu'elles sont totalement publiques et qu'elles ont désormais une énorme influence sur la bataille de l'euthanasie". Le "cas Pierra" se situe désormais sur une "brèche législative", laquelle Monsieur Derville ? Il semble bien, qu'au fond de vous, vous ayez pris conscience de notre intolérable situation, qui est aussi celle de 2000 à 3000 patients en France, chiffre en constante progression, à cause des progrès de la technologie médicale de réanimation. Je vous renvoie à l'édifiante réflexion du Professeur Puybasset dans son livre: "euthanasie, le débat tronqué", je cite :" à ces égards, l'état végétatif est le cas le plus extrême des situations inextricables créées par la médecine. L'épouvantable revers de la réanimation moderne, qui n'est jamais un état naturel. Ce n'est pas par hasard, si plusieurs affaires médiatiques, qui nourrissent la demande d'une aide active à mourir, concernent des personnes végétatives, comme Hervé Pierra en France ou Terri Shiavo aux Etats Unis". Vous vous inscrivez dans une véritable maltraitance institutionnalisée en proposant une mort naturelle comme seule issue à un état pas naturel, comme le nomme le Professeur Puybasset.  Les personnes qui, comme vous, prônent une mort naturelle pour ponctuer ces vies artificielles devraient nous faire part de leur méthode. La dite mort naturelle, lorsqu’elle frappe à notre porte, sous la forme d’un cancer ou autre, nous n’en voulons pas, nous ne la laissons pas faire son œuvre naturelle, nous courons vite chez le cancérologue le plus réputé pour contrecarrer « Dame nature » et défier la mort naturelle. Le principe fondateur de notre société : «  Tu ne tueras point ! », est abusivement et éhontément argué pour fermer la porte à tout débat. La compassion n’est pas « un homicide volontaire » ! C’est l’institution (c'est-à-dire l’homme) qui, en décidant que la mort n’est pas autorisée, se substitue à Dieu et condamne à des doubles peines : celle de ne plus pouvoir vivre et celle de ne pas avoir le droit de mourir. Quelle volonté délibérée de faire le mal pour le mal ! Comment osez-vous nommer, Monsieur, « spectacle », l’agonie terrifiante d’un jeune homme, qui malgré la loi, n’a reçu aucune sédation et qui faisait des bonds dans son lit comme électrocuté, brûlant et cyanosé ? Réjouissez-vous, Monsieur, le mal que vous me faites, va sûrement au-delà de vos espérances ! Confronté à notre vie tranquille, il vous fallait bien trouver matière à exercer votre malveillance. Une fausse condescendance apparaît, à dessein, je cite : « l’histoire des époux Pierra, au côté de leur fils, est si profondément marquée par la souffrance, qu’il serait indécent de leur jeter la pierre…., peut-on imaginer ce qu’a pu représenter l’engrenage de la maladie mentale, du passage à l’acte et de l’immense dépendance de leur fils ». Cet artifice est destiné à discréditer notre démarche murement réfléchie et, sert votre idéologie, je cite : « il y a de quoi perdre tout repère tant il est vrai que la grande souffrance tend à anesthésier la conscience ». A quelle maladie mentale faites-vous allusion ? Le seul diagnostique en notre possession atteste d’une grave dépression nerveuse, même si d’autres pistes, à l’époque, étaient explorées. Mon fils faisait son service militaire à ce moment là et avait fini major de son « peloton d’élèves gradés » à Vincennes en mai 1998. Mon fils, véritable cadeau de la vie, aimé de tous, était un beau grand garçon sportif de 20 ans, blond aux yeux verts, avec un sourire enjôleur….Etonnant non !…pour celui qui est devenu « grabataire » comme vous l’avez qualifié (page 115) dans une ultime délicatesse ! En faisant référence aux visites quotidiennes que je rendais à mon enfant, vous déclarez, je cite : « un dévouement excessif ne peut tenir dans la durée ». C’est indigne ! Si mes visites avaient été rares, vous m’auriez accusée d’abandon !

Un raccourci éclaire la compréhension de vos propos acerbes, je cite : « l’histoire de l’euthanasie commence par des actes revendiqués par ceux qui affirment vouloir mourir et se poursuit inexorablement par la suppression des personnes qui n’ont rien demandé, ne serait-ce que parce que constatant qu’ils sont incapables de s’exprimer, on prétendra agir en leur nom et dans leur intérêt. C’est ce qui s’est passé pour Anne-Marie comme pour Hervé Pierra ». Dans un français approximatif, cette affirmation illustre, à elle seule, votre état d’esprit !

En contestant notre requête d’application de la loi sur la fin de vie, vous vous opposez à M. le député et médecin Jean Léonetti, au docteur Régis Aubry, à l’éminent docteur Axel Kahn, au comité d’éthique de l’hôpital Cochin, à Maître Gilles Antonowicz, aux membres du conseil de l’ordre des médecins (qui nous ont présenté leurs excuses au nom de la médecine française) et à tous ceux, unanimes à nous soutenir dans l’amour et la compassion. Contesteriez-vous, Monsieur, une loi de notre république ?

Je ne comprends pas la cohérence de votre analyse :

- Vous vous félicitez de la loi Léonetti mais, d’autre part, vous critiquez la médiatisation de l’affaire Vincent Humbert qui en est à l’origine.

- Vous prétendez que tout est parfait mais cependant un point clé de la loi qui considère l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation comme un traitement (termes de la loi) que l’on est en droit d’interrompre, vous offusque. Vous écrivez, je cite : « une disposition controversée de cette loi du 22 avril 2005 », controversée par qui ?... par vous ?

- Vous êtes satisfait de cette loi mais êtes opposé à un amendement qui y est contenu (amendement du double effet de la sédation).

Un autre mensonge vient émailler votre déferlement d’insanités, de travestissements de la vérité et d’insidieux découpages, je cite : « les parents retournent leur colère contre cette même loi, accusée d’avoir prolongé l’agonie de leur fils ». C’est faux ! Nous contestons le fait qu’en totale opposition à la loi, notre fils n’ait pas été sédaté. Nous sommes en colère à l’endroit du docteur Régis Aubry qui a conseillé à l’équipe médicale de ne pas lui administrer d’analgésiques, estimant qu’il ne pouvait pas souffrir, et que cela aurait prolongé son agonie. Ce n’est pas le même discours ! J’estime que s’il n’existait qu’un risque sur des millions que mon fils souffrit, le bénéfice du doute aurait dû lui profiter ! Une circulaire du 20 octobre 2011 concernant la loi sur la fin de vie et résultant de notre drame préconise la mise en œuvre de traitements antalgiques et sédatifs pour les patients cérébrolésés, dont on ne peut évaluer la douleur lors d’une décision d’arrêt de traitements.

La fin de vie de mon enfant relevait d’un « laisser crever », comme le précise M. Léonetti dans son livre « à la lumière du crépuscule ». Nous n’avons pas porté plainte, comme l’aurait fait à notre place, dit-il, dans son ouvrage, « l’ultime liberté ? », le docteur Axel Kahn, mais nous y pensons encore, parfois, en constatant le nombre de drames qui alimentent l’actualité. Trop souvent, les médecins confrontés à ces demandes d’application de la loi sur la fin de vie craignent d’être accusés d’euthanasie si les agonies sont trop brèves.

Vous mentez de façon éhontée lorsque vous prétendez que la journaliste, Madame Sandrine Blanchard, a sorti notre affaire de l’ombre le 18 mars 2008. Vous évoquez, avec ironie, un probable, je cite : « hasard ? Sur le plan médiatique, l’affaire Pierra éclate dans « Le Monde » en plein épilogue de l’affaire Sebire ». Non, c’est faux ! Nous ne nous sommes pas engouffrés, ni nous, ni les journalistes dans la brèche de cette actualité. Monsieur David Pujadas, présentateur du journal de 20 heures à FR2, a fait la « une » avec notre drame le 27 novembre 2006. Pour information, le forum « La Vie » ainsi que le forum des lecteurs de « La Croix » avaient été contactés par nos soins le 24 aout 2007. Il serait trop long et fastidieux d’énumérer la liste de vos mensonges car ils sont pléthore.

Ce n'est pas nous qui avons saisi le Procureur de la République, à l'époque, ce sont les médecins de Saumur, vous le savez très bien ! Pour ce qui concerne le docteur Régis Aubry, il nous a confirmé (après sa venue au chevet de notre enfant et à la lecture de ses dossiers médicaux), que la loi Léonetti était faite pour les cas comme celui de notre enfant. Ce dernier, Président du Comité de suivi du développement des soins palliatifs et de l'accompagnement, n'a pas validé notre demande par compassion, ce qui aurait été très grave et irresponsable. Or, vous écrivez, je cite : "il est touché par leur détresse. Il valide, finalement, leur demande comme entrant dans le cadre de la loi sur la fin de vie". Vous n'êtes plus, Monsieur Derville, à un petit arrangement pervers près !

Vous écrivez, je cite : "une euthanasie lui a été injustement administrée". Nous y sommes ! Voila l'explication de ce déferlement de haine, mon fils aurait dû souffrir encore et encore, pour racheter ses fautes ou les nôtres... ! Pour vous, Monsieur, son calvaire était légitime et vous appuyez votre thèse en tentant de nous culpabiliser encore plus, nous serions des parents indignes, car les autres souffrent en silence. Je cite : "il faut souligner que la plupart des proches des personnes gravement traumatisées et comateuses, les veillent sans demander qu'on leur administre la mort et sans faire de bruit".

Vous tentez de nous disqualifier en suggérant que notre demande d’application de la loi était illégitime, en invoquant un « coma pratiquement irréversible » donc, « une vie pratiquement possible ». Notre jugement aurait été altéré par la souffrance et par la lassitude d’accompagner notre enfant chaque jour. Outre le caractère infâme et diffamatoire de tels propos, vous insinuez par ce biais, que tous les protagonistes de notre drame auraient été au mieux « abusés », au pire « complices d’assassinat ».

Il est donc impératif, à ce stade, de souligner que tous les intervenants cités, médecins comités d’éthique etc…, ont jugé recevable notre requête après auscultation de notre enfant et examen de son dossier médical.

 

Concernant les six autres « affaires »

Les protagonistes des six autres affaires sont également conspués. Les récits du déroulement de leurs drames sont également travestis et passent par le filtre de votre obscurantisme. Je crains que votre démonstration de haine ne puisse se solder que par un « effet boomerang ». Vous cultivez l’art de la caricature avec brillo, jetant en pâtures avec force de sarcasmes nos échecs, nos difficultés et nos épreuves de vie avec une mauvaise foi criante. Le but affiché de ce procédé est de prouver que les « affaires », comme vous les nommez, auraient un dénominateur commun, notre incapacité de discernement.

Madame Chantal Sebire aurait même été abusée par son, je cite : « mauvais caractère ». Vous substituez à dessein, aux mots souffrance et douleur, des termes comme, je cite : « inutilité », « désespoir », « peur de la dépendance ». Votre mode opératoire atteint son paroxysme quand vos victimes sont totalement désarmées, quand elles sont décédées.

J’ai de la peine, beaucoup de peine, pour la mémoire de vos victimes et leurs familles. Je note avec effroi, concernant l’actrice, Madame Maïa Simon, je cite : « Maïa fait la une. A titre posthume ». Pour ma part, je respecte les morts.

Les français semblent se déclarer majoritairement pour l’euthanasie, de façon très encadrée, bien sûr, pour eux-mêmes et, à leurs seules demandes réitérées, en phase terminale de maladies incurables, au bout du bout, après concertations collégiales des médecins. Personne n’impose rien à personne, alors que vous, Monsieur Derville, vous exigez la souffrance expiatoire pour tous !

Sommes-nous, par nos positions, contre les soins palliatifs ? Nullement, c’est une contre vérité ! Comment pourrait-il en être autrement ? Ces insinuations sont destinées à nous discréditer. Comment pouvez-vous prétendre que nous sommes hostiles aux handicapés ? Comment pouvez-vous affirmer que nous injurions et insultons le personnel soignant ?

Vous jetez l’opprobre et le discrédit pêle-mêle sur nos amis belges, hollandais, américains et certaines sociétés japonaises, et esquimaudes. Vous égratignez, sans vergogne, des médecins, même l’éminent docteur Axel Kahn, des politiques, des avocats, des éthiciens, des journalistes, les membres du conseil de l’ordre des médecins, les 48000 adhérents à l’ADMD et leur président et pour finir, 86% des français qui se déclarent favorables à l’euthanasie. Les français ne sont pas des êtres décérébrés, instrumentalisés à souhait, qui ne savent réagir que sous le coup de l’émotion. Ils sont capables de discernement, sur un sujet à propos duquel chacun dispose d’une capacité de réflexion et malheureusement, peut-être, d’expériences personnelles.

Vous nous accusez de, je cite : «faire réagir un mort sur une actualité qui lui est posthume ». Ce qui est faux, mais vous connaissez bien cette méthode, pour la pratiquer avec une cynique délectation. Vous écrivez, concernant Madame Chantal Sebire, je cite : « la perspective de l’indispensable prise en charge palliative s’ouvre-t-elle ? Elle aurait enfin donné son consentement pour être hospitalisée ». L’insidieuse suspicion de l’implication de l’avocat de Mme Chantal Sebire dans sa prise de décision de suicide est choquante. Je cite : « on peut raisonnablement penser que cette stratégie judiciaire offensive a pu accélérer la mort de Chantal Sebire ».

Madame Humbert semble être le fil rouge de votre tentative de démonstration. Vos déclarations et vos déductions m’interpellent, me choquent, je cite : « les pleureuses sont assurément télégéniques » ; « voilà qu’on érigeait en modèle d’amour une femme capable de donner la mort à son enfant au nom d’un parallélisme terrifiant : je lui ai donné la vie, n’ai-je pas le droit de lui donner la mort ». Cet inqualifiable raccourci éclaire d’un jour nouveau le fait que le mini clip enregistré sur le kinésithérapeute de Vincent Humbert, et ses « allégations mensongères », largement diffusé par les médias, ait été financé par SOS fin de vie, un service de votre association, Monsieur Derville : « Alliance Vita » !

Vous ne faites aucunement preuve d’héroïsme, de courage, ou de vertus chrétiennes, avec la souffrance des autres, avec l’atroce agonie de mon enfant. Certes, la tentation est grande d’accéder à tout prix à la notoriété… comment disiez-vous déjà… reprenant à votre compte cette maxime : « là où il y a un corps, se rassembleront les vautours »… vous êtes servi, Monsieur Derville, le festin vous attend !

 

Conclusion

Nous ne sommes pas dupes, Monsieur, et le ton du livre est donné dès sa préface, je cite : « élections » ; « portée politique » ; « enjeu législatif » ; « matière électorale » ; « jeu du chat et de souris qui s’établit entre politiques ».

Pour ma part, je souhaiterais que les Français puissent se déterminer sur ce sujet sociétal en connaissance de cause et en conscience, par voie de référendum.

Le titre de votre ouvrage choisi à dessein : « la bataille de l’euthanasie » est édifiant, quant au désir d’en découdre et de lancer une offensive guerrière. Une croisade moderne peut-être ?

Nous ne nous laisserons pas « crucifier » aussi facilement sur l’autel de l’intégrisme !

Pour défendre votre idéologie, vous êtes prêt à tout et je pense que le cynisme affiché envers les protagonistes des sept affaires citées est à la hauteur de votre peur, peur de perdre la bataille, « La bataille de l’euthanasie ».

Repost 0
Published by parents d'Hervé Pierra
commenter cet article

Présentation

  • : Blog parents d'Hervé Pierra: fin de vie dans la compassion
  • Blog parents d'Hervé Pierra: fin de vie dans la compassion
  • : Ce blog est destiné à faire connaitre notre drame et à recueillir vos commentaires et témoignages personnels sur le délicat sujet de la fin de vie. Notre fils Hervé Pierra est resté plongé dans un coma végétatif chronique irréversible pendant 8 ans 1/2. Il est décédé après l'application de la loi Léonetti en 6 jours cauchemardesques, sans sédation. Nous avons promis à notre enfant de nous "battre" pour qu'une telle horreur n'affecte plus jamais personne.
  • Contact

Recherche

Liens