Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 15:05

Cliquer sur le lien ci-dessous et vous comprendrez l’objet de notre réponse :

http://www.economiematin.fr/les-experts/item/3391-debat-euthanasie-economies-securite-sociale

 

Madame, dans votre article du 29 janvier 2013, vous déclarez, je cite : « Les situations impossibles et insupportables médiatisées largement sont des constructions politiques ou sociétales utilisant des personnes en souffrance ». Je me reconnais bien dans ces quelques mots. Je suis la mère d’Hervé Pierra, plongé dans un coma végétatif chronique irréversible pendant 8 ans ½ (mon enfant était complètement paralysé, figé dans des positions viciées, inconscient, trachéotomisé, s’étouffant quotidiennement dans ses propres glaires). Son agonie a duré 6 jours cauchemardesques sans sédation après une mauvaise application de la loi Léonetti. Je ne pense pas être instrumentalisée, mais, si c’est le cas, j’en suis parfaitement ravie. En effet, la médiatisation de notre affaire a permis d’établir la circulaire du 20 octobre 2011, concernant la loi sur la fin de vie, qui préconise la mise en œuvre de traitements antalgiques et sédatifs, pour les personnes cérébrolésées, dont on ne peut évaluer la douleur lors d’une décision d’arrêt de traitements.

Pour, « prendre comme indice de la maltraitance dans les hôpitaux », vous suggérez de considérer le nombre véritable d’euthanasies. Je vous suggère, à l’inverse, si vous le permettez de prendre pour indice la maltraitance institutionnalisée à l’égard des victimes collatérales des progrès de la réanimation qui, comme mon fils, ne peuvent plus vivre et n’ont pas le droit de mourir (puisque mourir devient un droit à revendiquer). Monsieur le député Jean Léonetti, qui est intervenu en personne dans notre affaire, parle dans son livre « à la lumière du crépuscule », concernant mon enfant d’un « laisser crever ».

Vous vous opposez à toute aide active à mourir, sous quelques formes que se soit et jetez la pierre à vos confrères. Cette posture extrémiste, pourrait être entendue mais, je ne la partage pas du tout. Je vous renvoie à l’édifiante réflexion du Professeur Puybasset : « à ces égards, l’état végétatif est le cas le plus extrême des situations inextricables créées par la médecine. L’épouvantable revers de la réanimation moderne, qui n’est jamais un état naturel. Ce n’est pas par hasard si plusieurs affaires médiatiques qui nourrissent la demande d’aide active à mourir concernent des personnes végétatives comme Hervé Pierra en France ou Terri Shiavo aux Etats-Unis ».

Je n’adhère pas au fond de votre discours, mais que dire de la forme ! Je cite : « la porte est ouverte aux wagons de bestiaux, aux camps pour handicapés ou opposants, aux expériences médicales… ». Hors contexte, j’aurais pu imaginer ces propos émanés d’une quelconque secte apocalyptique ! En cela, c’est sûr, ils se démarquent du vocable compassionnel que vous dénoncez comme constituant des armes idéologiques en faveur de l’aide active à mourir : « douleurs, compassion, liberté de choix et respect de la volonté… ». Vous semblez créer, à votre tour, une nouvelle « mode ambiante » dans laquelle chaque styliste déborde de provocation pour se démarquer. 

Je ne pense pas que les techniques de lobotomie fonctionnent sur les Français. Nous formons un peuple contestataire auquel on ne sert pas n’importe quoi ! Votre argumentaire va crescendo pour exploser en apothéose cynique (euthanasie…Hitler… eugénisme). Tout comme les terroristes islamistes envoyaient leurs avions s’abattre sur les tours du World Trade Center, vous, vous envoyez vos certitudes et vos idéologies dogmatiques percuter l’édifice de notre belle démocratie laïque…, regardez bien !

« ARRÊT SUR IMAGE ! »

Partager cet article

Repost 0
Published by parents d'Hervé Pierra - dans fin de vie
commenter cet article

commentaires

OUPAS 13/02/2013 15:30

BONJOUR !

Merci d'avoir prêté attention à mon article !
Il fut savoir que nous vivons dans un monde foncièrement cupide et que de pareilles lois d'exception seraient la porte ouverte à de sinistres exécutions de malades parfaitement guérissables dans le
but d'héritages ou pour des secrets.
Nous avons tous les ans des exemples de mises sous tutelle de personnes parfaitement saines d'esprit, simplement parce qu'elles menacent de cupides intérêts.
Il ne faut pas se voiler la face, les euthanasies clandestines existent et, si les protagonistes sont découverts, il n'y a pas de peine de prison ferme.
Même si ces "procédures" sont pénibles, c'est mieux que de voir des meurtres "légaux" !....Non ?

Avec toute ma compassion !
OUPAS.

La Ménagère 13/02/2013 13:56

Je comprends votre douleur, votre colère...mais je pense que nous ne serons jamais d'accord...J'ai une sœur qui est décédée a 29 ans d'un cancer métastatique, une tante décédée après une an de
coma....cela ne change pas mon opinion: la loi Leonetti est une loi juste et équilibrée, mais il faut d'abord l'appliquer avant de légiférer sur l'euthanasie...d'ailleurs le rapport Sicard dit
exactement cela: il n'y a aucune urgence a légiférer sur l'euthanasie,il faut d'abord appliquer les lois existantes

Présentation

  • : Blog parents d'Hervé Pierra: fin de vie dans la compassion
  • Blog parents d'Hervé Pierra: fin de vie dans la compassion
  • : Ce blog est destiné à faire connaitre notre drame et à recueillir vos commentaires et témoignages personnels sur le délicat sujet de la fin de vie. Notre fils Hervé Pierra est resté plongé dans un coma végétatif chronique irréversible pendant 8 ans 1/2. Il est décédé après l'application de la loi Léonetti en 6 jours cauchemardesques, sans sédation. Nous avons promis à notre enfant de nous "battre" pour qu'une telle horreur n'affecte plus jamais personne.
  • Contact

Recherche

Liens