Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 18:11

Le dimanche 11 février 2007 à la Mutualité à PARIS, en fin de discours tenu devant ses comités de soutien à l’élection présidentielle, Nicolas SARKOZY a parlé de la Vie et de la Mort. Puis il a évoqué une éventuelle légalisation de l’Euthanasie. Il déclarait :

« Les principes je les respecte, les convictions je les respecte. Mais je me dis quand même,
au fond de moi, il y a des limites à la souffrance qu’on impose à un être humain ».

Et il ajoutait : « on ne peut pas rester les bras ballants devant la souffrance d’un de nos compatriotes qui appelle à ce que ça se termine, tout simplement parce qu’il n’en peut plus ».

Madame Christine Boutin avait déclaré que si le candidat Nicolas Sarkozy maintenait ces propos, elle se présenterait aux élections présidentielles et lui confisquerait par la même un potentiel de 2 % de vote dont elle était accréditée. Non contente d’exceller dans l’art du chantage, elle excelle aussi dans celui de la « fanfaronnade », claironnant, après gain de cause d’avoir empêché Nicolas Sarkozy de franchir « la ligne jaune ».

 Madame Christine Boutin récidive en 2011 en menaçant de ne plus faire partie de cette majorité si le Sénat votait une loi visant à légaliser l’euthanasie : "Je ne peux pas m'imaginer que ce texte aille au bout. S'il était voté in fine, je ne ferai plus partie de cette majotité. Si on donne l'autorisation à une personne de tuer une autre personne, on va vers la barbarie. Le danger est là", a-t-elle insisté.

 

Madame Christine Boutin ne peut concevoir aucun débat démocratique autour du thème de la fin de vie qui concerne pourtant chacun d’entre nous. Nous pouvons entendre les opinions diverses de nos détracteurs, les respecter, les soumettre à débat, bref, dialoguer !, mais là, trop c’est trop !

L’emploi du mot « barbarie » est édifiant quant au manque de pondération de Madame Boutin et donc à sa crédibilité. Ce terme à connotation guerrière est révélateur de l’incapacité de discernement de son auteur. Agiter les peurs pour rallier les opinions, est l’arme des « petits », des « pas sûrs d’eux » et des « à bout d’arguments ».

Vous pouvez, Madame Boutin, calomnier, offenser, provoquer et vous parer de vertus imaginaires, mais sachez que vous n’avez que l’écho que vous méritez dans le grand public : celui du dédain. Votre fixation névrotique, votre obscurantisme, voire votre intégrisme religieux, vous précèdent et vous disqualifient d’avance ! 

Partager cet article

Repost 0
Published by parents d'Hervé Pierra
commenter cet article

commentaires

nialad 19/02/2011 12:42


Madame BOUTIN, Mère de la Vertu....La première des vertus n'est-elle pas le sens du dialogue et admettre l'avis de la majorité? Se livrer au chantage, est-ce une quelconque forme de vertu?
Quand on veut donner des leçons, il faut être IRREPROCHABLE. Or, je ne suis pas si sûr de son "irréprochabilité". Je ne l'accuse de rien sinon d'un entêtement farouche. Mais je constate.... Pour
ceux qui l'ignorent, cette brave Dame a été l'Adjointe d'un Maire bien connu: Gérard LARCHER, Président du sénat. Un autre de ses Adjoints du nom d'ASSEL a été Président du Syndicat de Traitement
des Résidus Ménagers. Or, sous sa Présidence, il s'est passé des choses d'une moralité plus que douteuse que la Cour des Comptes de la Région Centre a épinglées dans un rapport de 30 pages environ.
Des millions d'€ ont été détournés. Supposons que Mme BOUTIN n'ait pas eu connaissance de ces malversations.... Elle n'a pas pu, par contre, ignorer la présence dans RAMBOUILLET d'une patinoire
"tombée du Ciel"! En effet, cette installation a été financée par le Syndicat dont son Collègue Adjoint était Président! Même le Maire, Gérard LARCHER, ne l'avait pas vue! Il ne l'a découverte que
quand les choses ont commencé à bouger au sein de ce Syndicat sous l'impulsion d'un nouveau Président... qu'il a fait évincer après les dernières élections municipales.
Auparavant, il s'en était allé voir le Préfet pour lui dire en substance: "Monsieur le Préfet, je ne comprends pas, nous avons une patinoire et nous ne savons pas d'où elle sort".

(Certaines mauvaises langues prétendent que les fonds détournés auraient alimenté la Trésorerie d'un grand Parti Politique....même le Canard Enchaîné a dénoncé ces détournements à 2 ou 3
reprises)

Avec ce problème d'ordures ménagères je semble m'éloigner du grave sujet de l'euthanasie. En fait, je voulais démontrer que la Dame BOUTIN est d'une crédibilité plus que douteuse; elle est loin
d'être la Dame vertueuse dont elle veut se donner l'image. Le drame, c'est que des personnes comme elles ont un pouvoir de décision qu'ils sont loin de mériter!
Elle aurait dû avoir une attitude plus réservée sur le douloureux problème qui nous réunit. Comme souvent, ce sont celles et ceux qui devraient se taire qui parlent le plus fort....


Philippe 19/02/2011 09:38


De quel droit madame Boutin s'érige en mère la vertu? Ce dont vous parlez si bien est du domaine de l'intime et de l'amour. J'ai lu intégralement cette page et je salue votre courage. Je suis
membre de l'ADMD et je ne cesse de m'interroger sur les raisons qui poussent ces "religieux" a vouloir projeter leurs convictions cultuelles et exclusivement personnelles dans la compétence de la
loi. Ce chantage que vous décrivez si bien ne grandit pas non plus l'actuel président de la république, censé, avant tout œuvrer dans l'intérêt de tous. Et le droit à une mort digne fait bien
évidemment partie de ces libertés. la barbarie est du côté de madame Boutin et de tous ces courants sectaires qui font de la France une république hypocrite et cruelle. la France n'est pas, c'est
une lapalissade, un pays libre.

merci pour votre témoignage.


Présentation

  • : Blog parents d'Hervé Pierra: fin de vie dans la compassion
  • Blog parents d'Hervé Pierra: fin de vie dans la compassion
  • : Ce blog est destiné à faire connaitre notre drame et à recueillir vos commentaires et témoignages personnels sur le délicat sujet de la fin de vie. Notre fils Hervé Pierra est resté plongé dans un coma végétatif chronique irréversible pendant 8 ans 1/2. Il est décédé après l'application de la loi Léonetti en 6 jours cauchemardesques, sans sédation. Nous avons promis à notre enfant de nous "battre" pour qu'une telle horreur n'affecte plus jamais personne.
  • Contact

Recherche

Liens